FREN Présentation - F.A.Q. - Règlements - Téléchargements - Jeux - Annuaire - Liens - Contacts - L'Equipe - Forum
Calendrier - Classements - Pilotes - Ecuries - Circuits - Articles - Dossiers - Panthéon - Musée - Best hotlaps (HoF)
Bienvenue sur ce site dédié à Grand Prix 4. Notre but est de vous aider à améliorer et à régler GP4. Vous pouvez nous rejoindre sur nos championnats. Comment régler son jeu? Qu'est-ce que nos championnats? Ces questions ont désormais une réponse.

Recherche

 
Web grandprix4.org



Le journal accueil les deux pilotes RedBull

Le journal accueil les deux pilotes RedBull

L’actualité de cette intersaison a beaucoup été dominé par le rachat de l’équipe Jaguar par le géant de la boisson énergétique RedBull. La firme Autrichienne en a profité pour lancer en même temps une équipe dans le CVGP4i. Rencontre avec les deux pilotes titulaires, Hugo Drax et Robert Debrusse… 
 
Journaliste : Hugo et Robert, salut à vous deux… Merci d’avoir accepté de nous accorder quelques minutes…  
Hugo : Ok, je vous écoute. 
Robert : Salut Vincent et bonjour à tous les lecteurs ! C’est un plaisir d’être sollicité dans le fameux journal, finalement un des moyen pour se faire connaître et aussi en savoir plus sur le paddock.  
 
Journaliste : Justement, le paddock du CVGP4i est de plus en plus grand… Pas trop de difficultés à s’y retrouver ? Comment le trouvez vous ?  
Hugo : Bien sûr, en ce début de saison, de nombreux teams se bousculent et présentent deux pilotes, ainsi que de nouvelles monoplaces, la motivation est omniprésente, une bonne atmosphère y règne et je  
trouve cela super ! J’espère toutefois que nous serons toujours aussi  
nombreux à chaque départ de grand prix. 
Robert : Il est vrai que la participation est impressionnante mais je pense qu’on se retrouve plus proche et intéressé par les pilotes de son niveau direct, ce qui rend les choses plus simples, surtout lorsque l’on est uniquement participant, ce qui je suppose est bien différent pour un administrateur ou un journaliste tel que toi mon cher Vincent ! Ca ne doit pas être de la tarte pour gérer tout ce beau monde.  
 
Journaliste : Effectivement, Julien effectue un boulot formidable… Pour en revenir à vous, Redbull est arrivée dans le CVGP4i sur la fin du championnat 2004. En ce début de saison 2005, peut on encore la considérer comme une nouvelle équipe ?  
Hugo : J’aborde cette saison avec un nouvel équipier, une nouvelle monoplace dans ses couleurs définitives, donc, on peut envisager que le team Red Bull est une nouvelle équipe qui s’efforcera d’être présente dans les points à chaque course que nous disputerons. 
Robert : Pour ma part je pense que l’écurie n’est qu’à la genèse de son entreprise. Nous avons encore pas mal de pain sur la planche et beaucoup d’essais à accomplir pour faire progresser notre team. Oui, c’est une nouvelle écurie sur laquelle nous puisons tous nos espoirs !  
 
Journaliste : Hugo, comment se sont passés tes débuts dans le championnat ? Et cette course ici à Melbourne ?  
Hugo : Mon temps de qualification pouvait me permettre de faire une bonne course, je me suis battu toute la semaine pour améliorer sans cesse et réduire l’écart que j’avais avec mon équipier. Malheureusement, j’ai été déclassé, j’ai pris le départ de la course en fond de grille, avec les conséquences que l’on peut imaginer. Un setup moyen ne m’a pas permis de me hisser plus haut dans le classement, terminant à une modeste place, j’apporte un point au team. 
 
Journaliste : Comment pourrait on te décrire en quelques lignes ? 
Hugo : En tant que pilote virtuel : 35 ans, premier pilote du team Red Bull, début en grand prix : Suzuka 2004. Un style de pilotage qui rappelle plus le mode rallye, j’adore le survirage et parfois, les sortis de pistes sont là pour rappeler que les limites sont franchies, comme il fut un temps dans le parcours d’un pilote Néerlandais : Jos Verstappen. Réellement : 35 ans, marié, responsable point de vente pour un opérateur de GSM, passion : jeux vidéos et VTT, rêve : piloter une formule un, rêve déjà réalisé : conduire une Ferrari 
 
Journaliste : Toi Robert, c’est ton 1er Grand Prix, et tu as l’air vraiment à l’aise sur la piste et en dehors… 11e en qualif, 7e en course, pour une première c’est remarquable !  
Robert : Je suis assez fier de ma performance pour ce 1er Grand Prix ! Melbourne est un circuit que j’affectionne et les réglages de ma monoplace étaient vraiment en osmose avec mon style de conduite, mais on doit toujours se remettre en question dans cette discipline, garder une certaine réserve pour l’avenir. J’espère simplement que les prochains Grand Prix seront tout aussi performants, mais çà implique énormément de travail tu imagines.  
 
Journaliste : Ta description selon toi…  
Robert : Ben, j’ai bientôt 44 ans mais mon état d’esprit garde une certaine fraîcheur d’après mon entourage. J’ai été projectionniste dans la post-production cinéma à Boulogne Billancourt pendant 10 ans ce qui m’a amené à rencontrer pas mal de beau monde dans ce milieu. Je suis surtout compositeur et aujourd’hui je suis plein d’espoir pour mon avenir professionnel puisque j’ai pas mal de contacts et je fais ce qu’il faut pour en faire un vrai métier.  
 
Journaliste : Cette qualification justement, fortunes diverses pour vous deux donc. Que pouvez vous espérez après les performances que vous avez effectué ? Hugo, la disqualification ne retire pas le fait que tu as été plutôt rapide, encourageant pour la suite…  
Hugo : Oui, on peut le voir ainsi, mais cela va dépendre essentiellement des tracés de la saison, la Hongrie par exemple, n’est pas un circuit que j’apprécie. Mais j’espère tout de même occuper une bonne place sur la grille de départ et qui sait? Faire une bonne course et rapporter des points au team. 
 
Journaliste : Et pour toi Robert ?  
Robert : Mon talon d’Achille justement est la qualif, mais je savais qu’il fallait se battre pour une bonne position sur la grille afin d’espérer un bon résultat en course, qui est pour moi une force plus importante de part ma régularité et je souhaite sincèrement pouvoir progresser dans cette matière pour l’avenir.  
 
Journaliste : La course s’est plutôt déroulée comme prévue… Au final, ce grand prix est très positif pour le Team. Je suppose que l’objectif est désormais de continuer sur ce rythme, en corrigeant les petites erreurs comme la disqualification…  
Robert : Euh, ce petit problème administratif concerne Hugo mais je suis content de la clémence des administrateurs ! c’est très dur de se voir sanctionné après un travail assidu dans lequel Hugo a progressé de manière évidente.  
Hugo : Effectivement, je me suis entretenu avec mon Directeur d’écurie pour qu’à l’avenir un contrôle à chaque qualification et course serait obligatoire pour éviter de perdre “bêtement“ quelques places. 
 
Journaliste : Est ce que le CVGP4i est votre première expérience des championnats sur Internet ?  
Hugo : J’ai participé à des matchs entre teams sur un tout autre registre : Ghost Recon, que certains d’entre vous connaissent sans doute. 
Robert : En fait, non ! On peut dire que je suis un vétéran en matière de championnat puisque j’ai participé au championnat cvgp2i trois années durant de 97 à 99 au sein des écuries Ferrari et Red Shark au clavier! j’en suis ressorti à la dernière saison avec une 6ème place et un Grand Prix gagné (Paul Ricard) à 2 secondes devant Gaëtan Merineau après 1h 28 de course acharnée ! Un beau souvenir. Il faut dire que qu’à cette époque la course se faisait à 100% sous la direction de notre ami Sébastien Fauvel qui tirait au sort un des quelques 150 circuits proposés que nous découvrions dès le lundi des qualifs. Une belle aventure.  
 
Journaliste : Comment se passent les relations avec votre patron Coyote ? Comment le décririez vous ?  
Hugo : J’ai de bonnes relations avec lui, nous communiquons régulièrement grâce au forum du team et de msn. Je tenais à le remercier de m’avoir renouer sa confiance pour piloter la première monoplace du team. 
Robert : Ben, on fait des réunions lorsque l’occasion s’en présente et Coyote fait lui-même la relation entre Hugo et moi. Je dois dire que c’est un patron facile à vivre avec lequel j’ai de très bons rapports. Et ma fois, il n’est pas fâché que son écurie donne déjà des résultats.  
 
Journaliste : Avec quel contrôleur de jeu jouez vous ?  
Hugo : J’utilise le clavier, j’attend que l’occasion se présente pour tester un volant, vous savez..... il en existe tellement que je me demande lequel choisir... J’attends vos conseils! 
Robert : J’ai démarré au clavier mais je me suis vite aperçu que les possibilités que donnait GP4 étaient beaucoup moins évidentes à gérer que les résultats satisfaisants de Gp2 à l’époque ! J’ai donc opté pour le volant ce qui donne entière satisfaction en comparaison !  
 
Journaliste : Quelles sont selon vous les points que vous devez encore améliorer pour pouvoir encore progresser ?  
Hugo : La régularité des temps sur chaque tour. Travailler davantage le setup et contrôler régulièrement les informations avant qualif 
Robert : Le point faible pour la Red Bull serait la gestion du freinage en courbe, elle a tendance à être sous-vireuse en ce qui concerne ma monoplace et je souhaite vivement que ce problème soit résolu pour le GP de Hongrie, vu le nombre de virages auxquels nous seront confrontés.  
 
Journaliste : Même si vous n’êtes pas là depuis des lustres, quel pronostique feriez vous sur la suite du championnat ?  
Hugo : Pour l’instant il me semble un peu précoce de faire un pronostic sur le championnat, attendons le milieu de saison pour faire un pré-bilan. 
Robert : La grande surprise, et je crois que tout le monde sera de mon avis, se trouve être la performance et le progrès fantastique de Nicolas Specht ! En effet, nous étions vraiment côte à côte au début des qualifs de Melbourne et d’un coup, sans prévenir, il s’est retrouvé en pôle. On pouvait penser à ce moment à un tour magique et éphémère mais il a confirmé son réel talent sur la ligne d’arrivée. Vraiment, j’ai beaucoup de respect et d’admiration pour ce pilote et je pense certainement qu’il restera, dans l’ensemble, à un niveau très élevé. Ouais, ce gars là va marquer une page dans l’histoire du championnat, voilà mon avis.  
 
Journaliste : Voilà, je crois qu’il est temps pour vous de regagner le motor-home RedBull… Je vous remercie…  
Hugo : A bientôt, et bonne chance à tous et toute pour la Hongrie 
Robert : Merci à toi surtout d’avoir permis à notre humble écurie de s’exprimer ! Un grand honneur d’entrer dans le journal. Et puis le bonjour à tous les fendus du bitume et à bientôt pour de supers Grand Prix 2005 !!!  
 
Journaliste : Je vous souhaites une bonne continuation pour la suite du championnat…  
Hugo : A bientôt merci 
Robert : Merci Vincent et bien sûr je te retourne la même politesse ! Entre gentlemen, on va pas se gêner...