FREN Présentation - F.A.Q. - Règlements - Téléchargements - Jeux - Annuaire - Liens - Contacts - L'Equipe - Forum
Calendrier - Classements - Pilotes - Ecuries - Circuits - Articles - Dossiers - Panthéon - Musée - Best hotlaps (HoF)
Bienvenue sur ce site dédié à Grand Prix 4. Notre but est de vous aider à améliorer et à régler GP4. Vous pouvez nous rejoindre sur nos championnats. Comment régler son jeu? Qu'est-ce que nos championnats? Ces questions ont désormais une réponse.

Recherche

 
Web grandprix4.org



Julien, un webmaster de talent!

Julien, un webmaster de talent!

Quand cesse l'agitation légitime des quinzaines de Grand Prix, le calme revient dans le paddock. Les pilotes se reposent en attendant le résultat des vérifications, les directeurs d'écuries réfléchissent aux classements, aux évolutions à venir ou aux recrutements. 
 
Mais derrière cette fourmilière se cache un homme, celui sur qui repose l'organisation générale du championnat, celui qui nous fournit le support pour nous éclater entre amateurs de F1, qui travaille dans l'ombre pour des améliorations que nous ne remarquons parfois même pas : le webmaster. 
 
Aujourd'hui, la chronique du CVGPi va s'arrêter sur Julien Devergnies, alias Jul, ou encore Jaunalgi. 
 
Julien, pourrais-tu déjà te présenter? Qui es-tu?  
Magic S aimerait connaître tes hobbies? Quant à Coyote, il s'intéresse à ta voiture habituelle?
 
 
Me présenter? Et bien, je suis lillois et content de l’être, malgré les blagues sur le pôle nord que me font certains. J’ai 23 ans depuis mars. J’habite toujours à Lille chez mes parents mais je m’installe en juin avec mon amie, je ne suis pas marié et ça ne sera pas avant quelques temps. Quant aux enfants, on n’y pense pas encore, loin de là. Chaque chose en son temps.  
 
Je fais mes études dans la région, dans une école sup’ de management. C’est eux qui disent ça, à la base, c’est gestion et commerce. Rien à voir avec l’informatique comme beaucoup le pensaient. Tu as mentionné le boulot, je taffe aussi à coté de mes études comme assistant marketing.  
 
Pour Charles, j’ai le permis de conduire depuis… 4 ans, je crois. Ça fait loin. Mais je n’ai pas de voiture : à Lille, on peut se débrouiller en vélo, bus, métro ou mongi. Mais en voiture, tu perds un temps fou à chercher de la place pour te garer.  
 
Pourrais-tu nous dire d'où viennent tes différents pseudos?  
 
Euh, comment expliquer ça simplement? Et bien Jul, facile, tu vois tout seul d’où ça vient. Jaunalgi, c’est plus complexe. Je jouais à un jeu de management d’équipe de football – l’entraîneur - et j’avais modifié le jeu en ajoutant un pays. Il me fallait des noms et prénoms de joueurs et j’en ai inventé plein. Jaunalgi était un milieu défensif plutôt doué. Je l’aimais bien d’autant que c’est un poste que je prends naturellement au football, j’ai gardé ça en pseudo.  
 
Des questions loufoques de nos lecteurs :  
Xavier : slip ou caleçon?  
Ricri : ton met préféré?  
Coyote : Ton lieu préféré, en France, et ailleurs? Ton monument historique préféré?
 
 
Pour Xavier, les deux, voire les trois. Tout dépend des circonstances.  
 
Coté repas, j’adore la viande d’agneau. C’est peut-être ce que je préfère.  
 
Pour mon lieu préféré, en France, je dirais Lille ou Perpignan. Tout simplement parce que mon amie est de là bas. Sinon, j’aime bien l’Italie, Florence est une très belle ville que je n’ai pas assez visitée. Les monuments et statues sont magnifiques. Maintenant, j’ai une petite préférence pour Barcelone, on y fait des rencontres formidables. 
 
Ton ancienneté dans notre ligue fait de toi une mémoire du CVGPi. Pourrais-tu nous raconter son histoire? Comment est née l'idée? Comment ça s'est développé? 
 
Tout d’abord, il faut savoir que je ne suis pas le créateur du CVGPi. Il s’agit de Sébastien Fauvel qui a créé la ligue en 1999 (ou 1997, j’ai un doute : il faudra demander à Robbyone). Cela se passait sous Grand Prix 2 (http://www.cvgp2i.net/). 
 
Le championnat a ensuite été repris par Frank Chastel, alias Franky. Sébastien était à Grenoble et Franky à Marseille, je suis de Lille donc tu peux voir que ça bouge pas mal. Franky m’a donné les clefs du site en juin 2003, à la mi-saison de la première saison de Grand Prix 4. J’étais arrivé en mai 2002.  
 
Sous GP2, il y avait plus d’une cinquantaine de pilotes, il me semble. Je ne pourrais pas être précis là-dessus car je n’ai pas connu cette époque. Sous GP3, en 2002, il y avait une trentaine de pilotes. Et sous GP4, en juin, il y avait une dizaine de pilotes. Je me souviens que la dernière course avant la trêve, il y avait 7 pilotes à l’arrivée! En 2004, on a tourné avec 25 pilotes de moyenne, 35-40 environ en 2005 avec des pointes à 50 sur la grille et nous sommes à peu près 35 pilotes en 2006.  
 
Je ne connais pas GP2 mais c’est vraiment ce qui a lancé le championnat. A l’époque, les courses se faisaient à 100% et il n’était pas rare de voir des fendus se tirer la bourre et se battre la victoire pour quelques dixièmes! Il suffit d’écouter Franky qui a les yeux qui s’illuminent quand il en parle. Déjà, à l’époque, la compétition et la convivialité allaient de pair. C’est Christophe Bonnin qui a dit que « le CVGPi, c’est l’amour de la compétition mais aussi une extraordinaire aventure humaine. »  
 
Tity aimerait savoir ce qui t'a personnellement tenté dans l'aventure GP4 (webmaster et pilote)? Et Xavier voudrait que tu précises "comment s'est passé la reprise de la ligue, si ce fût facile de relever le challenge?"  
 
Je suis arrivé en 2002, à l’époque, on jouait sur Grand Prix 3. J’avais tout simplement acheté Grand Prix 3 avec Grand Prix World, un jeu de gestion d’écuries de F1. C’est le second qui m’intéressait. Mais finalement, j’ai joué un peu à GP3 et j’ai tout de suite cherché des patches pour mettre le jeu à jour. J’ai trouvé le CVGPi, me suis inscrit et me suis fait ridiculiser à Monaco. J’ai filé acheter une manette analogique. Grand Prix 4 n’est venu qu’ensuite, comme une suite logique malgré le PC peu puissant. Je ne jouais pas pour la gagne mais pour minimiser l’écart entre les leaders et moi.  
 
A l’époque, je découvrais aussi les sites internet et le développement web. J’ai donc lancé le CVGPinfos en octobre 2002, 5 mois après mon arrivée. Je me suis ensuite rendu compte qu’il existait un journal auparavant mais qu’il avait été abandonné par manque de temps. La reprise de la ligue s’est faite ensuite naturellement. Franky n’avait plus trop de temps et avait beaucoup d’occupations et j’étais très présent en voulant faire vivre le journal du mieux possible. Ceci dit, je ne m’attendais pas à ce que Franky me téléphone pour me demander ça. Pour moi, les objectifs étaient clairs ; il fallait que le CVGPi perdure. Nous étions à une dizaine de participants sous GP4, c’était peu. Je me souviens même que certaines personnes de championnats concurrents disaient que le CVGPi était mort, que ce n’était qu’une question de jours. Mais petit à petit, j’ai vu les ligues d’où ils venaient perdre du monde alors que nous en gagnions. Finalement, ce sont eux qui ont fermé leurs portes alors que nous continuons notre bonhomme de chemin.  
 
Question de Didier G : "Apparemment, dans tes biberons, il y a eu une bonne dose de "webmastering". Arrives-tu, en tant que "Maître à bord", à te passer du site pendant une semaine? Si oui (ou non), pendant combien de temps?"  
 
Je l’ai déjà fait. J’étais parti en vacances au ski l’année passée, durant la course test. C’est tout à fait possible. A vrai dire, mon objectif actuel est de rendre le site totalement autonome pour la gestion simple, qu’on puisse tous s’occuper de ce qui est crucial : les vérifications, le journal, la course etc. Par contre, s’il s’agit de ne plus venir du tout, et bien quand je n’ai pas Internet, je ne viens pas.  
 
Question de Xavier : "Est-ce vraiment difficile de garder de l'ordre dans la ligue avec tous les fous furieux que nous sommes?" Et en parlant de "fou furieux", Coyote demande s'il est trop bavard?  
 
Pas vraiment. Tout dépend ce qu’on veut. Je ne suis pas partisan des forums ou tout doit aller dans le bon sens sous peine de suppression d’un message. Je suis comme ça dans la vie. Je n’aime pas la critique alors je fais tout pour qu’il n’y ait aucune raison de critiquer. Mais de là à la supprimer… Je n’aime pas l’intolérance ou la suppression de toutes critiques justifiées. Enfin tout ça pour dire que j’aime les forums libres, que ce soit pour la critique, les encouragements ou la déconne. Surtout pour la déconne et la compétition, on est tous là pour ça. Le principal est que les forums d’aide restent clean et lisibles pour les nouveaux. Ces deux forums doivent rester lisibles et clairs.  
 
Ricri te demande : "Es-tu toujours en contact avec Pino Alaimo et, si oui, comment va-t-il? Idem pour Franky suite à ses malchances?" 
 
Pino Alaimo et Franky sont des anciens de la ligue. Pino est le vice-champion 2003 qui possédait sa propre écurie, Alfa Pepe Alfa Romeo. Et il se battait pour la victoire en 2004 aussi. Et Franky, grand fan de l’OM, roulait sur Massilia Lamborghini sous GP3.  
 
Et bien oui. Pino habite à Bruxelles et il vient régulièrement à Lille et quand il est là, on en profite pour manger ensemble. Il me demande souvent si le championnat se passe toujours bien. Il a les yeux qui brillent quand il en parle. Je lui dirais que vous vouliez des nouvelles, ça lui fera plaisir. Je dois revoir Franky cet été. Cela faisait quelques temps déjà que je ne l’ai pas vu. Tout va bien pour lui et il est maintenant journaliste et webmaster dans un magasine de trial (http://www.trial-magazine.com/).  
 
En tant que webmaster de www.grandprix4.org, as-tu d'autres projets pour le site?  
 
Bien sûr, mais pour l’instant, c’est un peu épars. Déjà, il faut corriger les possibles bugs qui circulent encore. Sinon, j’ai pas mal de choses à faire. Souvent, ce sont des détails. Mais globalement, j’ai envie de revoir l’interface de téléchargement afin de proposer la mise en ligne de monoplaces ou de circuits par les créateurs, et enfin de mieux implémenter les blogs qui peuvent servir de sites écuries ou pilotes, puis lancer le HoF etc.  
 
Tu as lancé, en parallèle du site www.grandprix4.org, un Hall of Fame (HoF) sur www.hotlapsf1.info qui est une compétition de Hotlaps sur GP4. Le HoF débute, les pilotes y inscrivent petit à petit leurs temps. Quelles en sont les particularités? Les points forts? Quels sont tes projets pour lui?  
 
Le Hall of Fame reprend tous les temps qu’on lui envoie. Il permet de visualiser les temps des pilotes, de se situer par rapport à eux et éventuellement d’observer leurs réglages ou trajectoires. Et ça, c’est possible pour les circuits en conditions sèches ou trempées. Un classement par point est généré, classement F1 et MSS. On peut envoyer un temps quand on veut avec la configuration du championnat, on peut donc voir où on se situe à un instant t. Il reprend les informations qu’on ne retrouve pas ailleurs : les intermédiaires et l’écart par rapport au précédant pour ne citer qu’eux.  
 
Tu es également impliqué en tant que directeur d'écurie dans le championnat, pour deux écuries : Jud et Oreka. Pourrais-tu nous en parler? Qu'est-ce que tu attends d'elles?  
 
Lorsque je suis arrivé en 2002, j’y ai créé aussitôt JUD. Je l’avais créé pour Grand Prix World. Oreka existait déjà et David Druart m’en a donné le commandement à son départ. J’étais en effet pilote Oreka et ne pilotait pas pour mon team. Dans les sponsors et contrats, elles profitent toutes deux de Racing Engineering pour les freins et autres joyeusetés.  
 
Originellement, JUD était une sorte de tremplin pour jeune pilote. Du moins je le souhaitais mais j’ai eu du mal à trouver des pilotes. Richard fut mon équipier à Suzuka GP3 en 2002. Les autres équipiers dont je me souviens furent des fantômes. C’est avec Vincent (Thuillier) que l’écurie a pris une autre dimension. Puis Robert perpétue l’envie de victoires. Il y a toujours eu un moteur et des pneus français pour cette écurie. Au départ, c’était Venturi, enfin on peut imaginer des Peugeot badgés Venturi. Puis maintenant Bugatti. 
 
Oreka, c’était l’écurie pour la gagne. Elle existe depuis 1999. ça date, non? J’y ai vu participé Titusss, Pascal Uccelli, Pino ou encore Nico (Specht). 
 
Concernant Oreka, tu as annoncé récemment que tu accepterais de te retirer de Oreka pour un éventuel repreneur. Coyote se demande : "Comme l'indique ma signature, j'espère qu'Oreka ne disparaîtra pas. Si quelqu'un reprend l'équipe, as-tu posé des conditions (pas de changement de nom par exemple)?"  
 
J’ai une offre pour la reprise de l’écurie. Le nom ne changerait pas. Comme je le disais, Oreka date de 99 et cela en fait la plus ancienne des écuries du plateau. Ce serait dommage qu’elle disparaisse. Le projet est intéressant mais comme tout dossier, la finalisation demande du temps. Cela suit son cours.  
 
Et parlons un petit peu de Jul pilote. Où en est ta carrière de pilote?  
 
A l’arrêt. Je n’ai plus le temps de piloter et en plus, mon unité centrale est trop loin! Mon câble USB de mon volant est trop court. Et conduire au clavier, non, je serais trop loin.  
 
Coyote aimerait connaître ton circuit préféré en F1? Celui que tu aimes le moins? Ton circuit GP4 préféré? Celui que tu aimes le moins?  
 
J’aime bien Monaco. Mais globalement, vu de la télé, je trouve qu’il n’y a que celui là qui se détache. Je n’aime pas Monza ou le Nurburgring. Sûrement parce qu’il y a deux Grand Prix d’Italie et d’Allemagne. Je n’aime ni Schumacher (aah, les coups foireux contre Damon Hill, Jacques Villeneuve et j’en passe) ni Ferrari donc c’est un peu normal que je trouve bizarre qu’ils aient 4 courses à domicile !!!  
 
Sous GP4, j’aime bien Spa, Hockenheim ou Monza. Et oui… Je n’aime pas Sepang, je n’arrive pas à comprendre ce foutu circuit. Et il est moche.  
 
Question de Vincent : "Quel est ton secret pour être si performant en Allemagne? Un peu comme Berger, tu y as toujours brillé... (Tant qu'à donner ton secret, autant ne le donner qu'à moi)"  
 
Et bien c’est assez simple. J’ai particulièrement couru lors d’un hotlap à Hockenheim sur le mouillé. J’étais en lutte au début avec François Vebr puis d’autres pilotes. J’étais si proche que j’ai absolument voulu remporter le hotlap et j’ai tellement piloté sur le circuit que j’ai fini par réussir. Je n’avais jamais autant joué en une semaine. Donc je connaissais bien le circuit, et pour le Grand Prix qui suivait 2-3 mois après, c’était tout de suite plus facile. Le premier virage conditionne pas mal de choses. Et sur ce circuit, je prends de l’aéro minimale, j’ai un volant et des pédales pour contrôler le reste.  
 
Pour l’anecdote, après la fameuse course de Hockenheim 2003, j’ai changé les drivers de mon volant. J’ai gagné quasiment 10km/h en vitesse de pointe et 1s de mieux au tour sans toucher au setup. L’accélérateur était tout simplement bridé à cause des drivers. Donc vérifiez votre matériel et vos pilotes!  
 
Revenons à ton rôle d'administrateur de la ligue. Qu'est-ce qui fait de notre championnat une valeur sûre dans le paysage GP4 sur le net? Quels en sont les points forts?  
 
Sa convivialité et la possibilité de se battre pour sa place sans se prendre la tête. Nous étions et sommes les seuls à proposer ce concept unique de qualifications sur 1 semaine sans limitation et ça marche.  
 
Sinon, on a aussi le référencement sans faille du site qui fait que quand tu tapes « Grand Prix 4 » dans Google, tu dis bonjour au CVGPi… Jusqu’à ce qu’un site chinois pense que le site est le site officiel du jeu!  
 
Mais le gros point fort reste la bonne entente. Tout le monde est content et rien que voir le nombre de personnes qui s’impliquent est révélateur. La ligue vit et cela fait déjà la différence.  
 
Comment nous (pilotes, directeurs d'écuries, vérif ou encore journaliste), pourrions-nous contribuer à ce qu'il devienne meilleur encore?  
 
Les vérificateurs font déjà beaucoup. En plus, ils participent aussi au HoF. Pour contribuer au championnat, c’est simple, il suffit déjà d’y participer sur la piste. Ceux qui le souhaitent, et il ne faut pas hésiter, peuvent s’adresser à toi pour devenir journaliste. Et si un designer est présent dans la salle, il peut me contacter. Et si quelqu’un a une idée, il ne faut pas hésiter à la donner, comme Arnaud et la grille statistiques des qualifications. C’est comme ça qu’on avance et que le championnat progresse.  
 
Enfin, aurais-tu un message personnel à faire passer à tout le paddock?  
 
Amusez-vous sur la piste et en dehors, sur le site comme chez vous. Merci à toi, aux vérifs et à tous de participer et de vous impliquer.  
 
Eh bien, Julien, nous te sommes reconnaissants pour tes réponses à cet interview... mais aussi et surtout, pour ton travail pour la ligue! 
 
Alors... pour parler simplement : merci.  
 
Pour la chronique du CVGPi,  
MiKL